Le réseau d’ombrières à orchidées d’Afrique centrale

La majorité des orchidées sont originaires des tropiques, où elles représentent une grande partie de la diversité des épiphytes. Cependant, elles sont particulièrement difficiles à documenter à cause de leur mode de vie. En Afrique centrale, par exemple, 70 % des orchidées sont épiphytes, et près de 90 % des orchidées épiphytes collectées sur le terrain sont sans fleurs et donc presque impossibles à identifier. En outre, la plupart des collections historiques sont mal conservées, occultant leurs principales caractéristiques, ce qui rend leur identification difficile, et rend impossible la description des espèces nouvelles.

Pour surmonter ces obstacles et obtenir du matériel fertile et donc identifiable de taxons d'orchidées, un système de culture en ombrière a été développé avec succès en Afrique centrale atlantique (Gabon, Cameroun, Guinée équatoriale et São Tomé). Le système a d'abord été testé à São Tomé en 1997 et s'est révélé être un moyen efficace et rentable pour étudier les épiphytes en produisant des spécimens de bonne qualité conservés en alcool, des photos, ainsi que des fragments de feuille pour les analyses phylogénétiques. Le réseau a produit plus de 7000 spécimens d'orchidées à ce jour, ce qui a permis des révisions taxonomiques de deux genres difficiles, Chamaeangis Schltr. et Stolzia Schltr., ainsi que la découverte de plus de 40 nouveaux taxons.

Le réseau d’ombrières d’Afrique centrale, un outil pour étudier la diversité d'orchidées tropicales

Cette méthode est particulièrement efficace pour procéder aux inventaires approfondis de régions ciblées, puisque tous les individus vivants d’épiphytes sont mis en culture. Par exemple, nous avons doublé le nombre d'espèces d'orchidées connues de São Tomé et Príncipe en seulement une année. Notre méthode a également permis de fournir les données utilisées pour mener la première étude biogéographique des orchidées d’Afrique centrale de l’ouest. En outre, les plantes vivantes cultivées dans les ombrières peuvent donner des échantillons fertiles année après année, permettant de produire des spécimens complets destinés à être envoyés à de nombreux herbaria. Finalement, la culture d'espèces rares et menacées d'orchidées permet leur conservation ex situ, et ces ombrières peuvent aussi servir de lieu où les espèces d'orchidées peuvent être montrées au public et aux touristes.

Mounted orchid epiphyte shadehouse ombrière épiphyte orchidée monté culture cultivation

 

Stévart, T., Sonké, B., Simo, M., Biteau, J.P., Faustino de Oliveira, F. & Droissart, V. (2010) How to collect more than 500 fertile epiphytic orchid specimens per year? The Central Africa shadehouse network as a tool to study tropical orchid diversity. In: Abstracts of the 19th AETFAT congress, p. 467. Antananarivo, Madagascar.